Jeunesse

Prendre soin des parents qui ont besoin de places en crèche.

Prendre soin des enfants après l’école.

Prendre soin des enfants séparés de leurs parents

  • Rendre le processus d’attribution de places en crèches accessible en ligne et totalement transparent sur les disponibilités et les conditions
  • Création de ludothèques municipales
  • Des potagers dans les parcs municipaux pour les activités scolaires
  • Une politique ambitieuse pour l’aide sociale à l’enfance (ASE)

Crèches

Places en crèche : en finir avec l’opacité et l’archaïsme.

L’obtention d’une place en crèche est un parcours … infantilisant !

Il faut courir à la mairie pour y déposer sa demande d’admission, puis la renouveler périodiquement, avant de faire la tournée des établissements pour convaincre leurs responsables d’accueillir l’enfant. Ensuite, il reste à attendre qu’une commission se tienne à une date qu’on ignore…

Ce processus est à la fois angoissant, chronophage et déroutant !

Les parents doivent pouvoir déposer la demande d’inscription de leur enfant à la crèche sur un site regroupant l’ensemble de l’offre parisienne d’accueil de la petite enfance. Les modalités et les critères d’attribution des places en crèche ne peuvent plus demeurer dissimulés derrière la plus totale opacité comme c’est le cas aujourd’hui.

Le nombre de places et leur localisation, par mode de garde, sont des informations auxquelles les familles devraient avoir accès.

Des critères d’attribution identiques dans tous les arrondissements et rendus publics donneraient de la transparence au système. Enfin, un service de chaque mairie spécialisé dans le traitement des situations d’urgence subies (prise de poste sans délai, accident, affection longue durée d’un parent, etc…) protégerait les familles contre les imprévus.

 

Activités périscolaires

Les activités périscolaires proposées aux enfants présentent souvent les défauts d’une ambition excessive sur les contenus (astronomie, égyptologie, anglais…). Le risque est de n’offrir plus aux petits que de l’école après l’école.

Il serait préférable de leur proposer un panel d’activités plus resserrées (lecture, jeux, dessin, chant, jardinage) mais plus substantielles, c’est-à-dire susceptibles de les ancrer dans la vie et de tisser des liens essentiels : à soi, aux autres et à la nature.

Pour cela, nous souhaitons favoriser l’émergence de ludothèques de quartiers et de petits chantiers éducatifs pouvant mobiliser les énergies enfantines autour de réalisations concrètes.

 

Potagers municipaux & sorties rurales

Les parcs et jardins municipaux réserveront un espace de potager où les écoles pourront faire découvrir aux petits les joies et les soins du jardinage.

L’objectif est d’installer les enfants de la ville dans un contact enrichissant avec la nature, et de les sensibiliser à sa fragilité. 

Dans le prolongement de ces activités, il sera proposé aux enfants des sorties dans les nombreuses zones rurales que compte l’Ile-de-France pour qu’ils en découvrent les charmes et la valeur patrimoniale, pour qu’ils estiment la diversité et les apports des activités agricoles à notre société.

 

Aide Sociale à l’Enfance

Eviter le placement

  • Accompagnement par l’aide sociale des parents en difficultés pour les remettre sur un chemin éducatif pérenne.
  • Partenariat avec le barreau de Paris pour la fourniture d’une assistance juridique aux parents démunis face à une décision de justice qui pourrait faire basculer leur existence et celle de leurs enfants.

 

Politique d’aide à l’enfance

  • Un enfant a besoin d’un cadre stable et réconfortant :
    • interdiction du placement des enfants à l’hôtel
    • principe de non-séparation des fratries
  • Un enfant en détresse est avant tout un enfant, quelle que soit sa nationalité =>  contrôle de l’absence de discriminations à l’égard des mineurs étrangers isolés
  • Un enfant ne cesse pas d’être fragile le matin de ses 18 ans => si le jeune adulte le souhaite, extension automatique de l’accompagnement par l’ASE via le contrat jeune majeur jusqu’à 21 ans, ou jusqu’à l’autonomie professionnelle si elle survient entre 21 et 25 ans en raison de la durée des études ou du plan de formation professionnelle.
  • Un enfant placé ne peut s’appuyer sur le conseil de parents pour faire ses choix professionnels => prise en charge personnalisée du parcours de formation de l’enfant par un conseiller d’orientation ayant également pouvoir pour solliciter les bourses & aides pour le compte de l’enfant.

 

Accompagnement des jeunes adultes

Ces enfants devenus jeunes adultes ont été mis sous la protection de l’Etat et de la Ville. Cette dernière doit veiller sur eux avec l’attention d’une mère, c’est-à-dire jusqu’à l’autonomie, pas simplement la majorité :

  • Nous avons proposé la création par la Ville d’un centre de formation des apprentis aux métiers d’avenir et à ceux d’accompagnement des personnes dépendantes. Les jeunes venant  de l’ASE devraient bénéficier d’une priorité d’accès aux formations délivrées par le CFA municipal.
  • Nous avons proposé la création de 5.000 places en résidence étudiante : les jeunes venant de l’ASE devraient y être prioritaires.

 

Gouvernance

  • Création d’une instance indépendante de contrôle des lieux de placement
  • Augmentation des moyens financiers de l’ASE

Contribuez !

La venue ou le projet d’enfants vous fait-il envisager de quitter Paris ?